Questions et réponses sur l’école-maison

Reproduit avec la permission de la HSLDA.

Pourquoi choisit-on d’enseigner à la maison ?

Beaucoup de parents optent pour l’enseignement à la maison parce qu’ils sont convaincus que c’est la meilleure façon d’offrir une éducation solide à leurs enfants tout en favorisant au maximum leur développement moral et spirituel. En effet, il est important pour eux que leurs enfants acquièrent non seulement des connaissances, mais se développent sur tous les plans.

Voici certains avantages que les parents y voient :

  • Enseigner à ses enfants permet d’avoir du temps de qualité pour les former et les influencer de façon globale.
  • Chaque enfant reçoit une attention individuelle, ce qui permet de répondre à ses besoins particuliers.
  • Les parents ont un droit de regard sur les influences destructives telles que la pression négative exercée par les pairs et les enseignements offensants.
  • Il est possible d’offrir une formation spirituelle et de tout enseigner avec une perspective biblique.
  • Les enfants apprennent à respecter leurs parents en tant qu’enseignants.
  • La famille vit une unité et un rapprochement en plus de partager la joie d’être ensemble.
  • Les enfants acquièrent de la confiance et apprennent à réfléchir par eux-mêmes, dans la sécurité de leur maison, loin de la mauvaise influence des pairs les poussant à se conformer.
  • Les enfants ont du temps pour réfléchir et pour explorer de nouveaux intérêts.
  • Cela favorise la communication entre les différents groupes d’âge.
  • L’enseignement individuel aide chaque enfant à développer son plein potentiel.
  • La souplesse des horaires permet de mieux répartir travail et vacances, ce qui laisse même du temps pour faire de nombreuses activités.

Les tribunaux ont déclaré que le système d’éducation public au Canada était devenu purement laïque. Par conséquent, les écoles publiques ne font plus place à l’enseignement religieux et plus particulièrement chrétien. Toutefois, les parents continuent à avoir le droit de s’occuper de l’éducation de leurs enfants, y compris la formation religieuse, si tel est leur désir. La Charte des droits et libertés et les tribunaux leur garantissent d’ailleurs ce droit.

«En tant que parents, notre influence sur nos enfants est à
la fois profonde et considérable. Malheureusement, quand les liens ne se
développent pas sur une base solide, cela exerce aussi une influence négative
profonde et considérable sur l’enfant… les parents sont vraiment ceux qui
peuvent le mieux prendre soin de leurs enfants.»

La National Foundation for Family Research and Education, 1996

Les parents sont-ils qualifiés pour enseigner à leurs enfants ?

Vous connaissez vos enfants mieux que quiconque et éprouvez pour eux un amour et un intérêt des plus profonds. C’est aussi vous qui avez envers eux la responsabilité la plus directe et ce, en tout temps.

Sur le plan scolaire, l’enseignement individuel présente de nombreux avantages sur la classe traditionnelle, où un seul enseignant essaie de répondre aux besoins de nombreux enfants qui n’en sont pas nécessairement au même niveau d’apprentissage.

Votre enthousiasme à apprendre avec vos enfants les motiveront et les encourageront bien plus que vos efforts pour avoir l’air de tout savoir. Un enseignant n’est pas tenu de tout savoir.

M. Brian Ray, président du National Home Education Research Institute (institut national de recherche sur l’enseignement à la maison), a mené une étude portant sur l’enseignement à la maison auprès de plus de 800 familles, dont 2800 enfants, à l’échelle du Canada. Il a constaté que les enfants à qui l’on enseigne à la maison avaient un rang-centile de 76 et plus dans toutes les matières. (La moyenne nationale de tous les enfants qui fréquentent l’école étant de 50.)

Comme le dit M. Ray, l’enseignement individuel a toujours été une méthode supérieure. L’enseignement à la maison est l’exemple même de cette méthode et réunit les conditions du succès: relation étroite entre l’élève et l’enseignant, motivation, souplesse, individualisation.

Il existe plusieurs façons de parfaire vos compétences.

  • Profitez des conférences sur l’enseignement à la maison, des ateliers et des foires de livres tant à l’échelle locale que régionale ou provinciale pour obtenir des conseils pratiques sur les techniques pédagogiques propres à l’enseignement à la maison. Les détails sur ces conférences se trouvent dans les magazines consacrés à l’enseignement à la maison ainsi que dans les bulletins d’information des associations provinciales d’éducation à domicile.
  • Les magazines spécialisés dans l’enseignement à domicile présentent des articles qui informent, encouragent et inspirent tant sur le plan des divers principes que des techniques.
  • Des groupes de soutien à l’échelle locale et provinciale peuvent grandement encourager et aider ceux qui enseignent à la maison en leur permettant d’échanger des idées autant que de l’information.

«Bien entendu, l’éducation au vrai sens du mot, c’est la capacité à servir la communauté dans son milieu naturel ou dans son entourage… éduquer, c’est littéralement élever les jeunes vers une maturité responsable… qui devra servir là où ils vivent, là même où ils ont l’intention de continuer à vivre : ils doivent recevoir cela à la maison.»   Wendall Berry

Enseigner à la maison est-il légal dans toutes les provinces ?

Oui. Chaque province a ses propres lois vis-à-vis de l’enseignement à la maison. Respecter les exigences de ces lois peut être aussi simple que d’informer la commission scolaire ou le ministère de l’Éducation de votre intention d’enseigner à la maison ou aussi compliqué que de faire évaluer votre enfant et de répondre à toutes les exigences de la réglementation de votre province. Les provinces soumettent sans cesse des lois à l’étude. Il est important pour vous de travailler de concert avec les organisations provinciales et locales d’enseignement à domicile afin de contribuer à l’adoption de lois et de règlements favorables, qui garantiront les droits des parents enseignant à la maison et leur offriront le maximum de liberté pour le faire. La liberté de conscience et de religion ainsi que le droit à la liberté en vertu des articles 2a et 7 de la Charte canadienne des droits et libertés garantissent aux parents le droit d’éduquer leurs enfants selon leurs convictions religieuses.

Au Canada, les parents jouissent d’un droit constitutionnel fondamental leur permettant d’éduquer leurs enfants dans la religion de leur choix. Récemment, la Cour suprême du Canada réaffirmait les propos du juge LaForest :

«… J’aurais pensé qu’il serait clair que le droit d’élever un enfant, de voir à son développement et de prendre des décisions à son sujet pour des questions aussi fondamentales que les soins médicaux font partie des intérêts de la liberté d’un parent.»

«Le droit coutumier a depuis longtemps reconnu que les parents sont les mieux placés pour s’occuper de leurs enfants et prendre toutes les décisions nécessaires à leur bien-être. » « Cela vient confirmer que l’intérêt des parents à élever leurs enfants et à s’en occuper, y compris les soins médicaux et l’enseignement moral, est un intérêt d’ordre individuel d’une importance fondamentale pour notre société.»

« …notre société est loin d’avoir renoncé au rôle privilégié que jouent les parents dans l’éducation de leurs enfants. Ce rôle leur confère une protection quant aux décisions qu’ils prennent comme parents, et suppose que ce sont eux qui devraient prendre les décisions importantes concernant leurs enfants, à la fois parce qu’ils sont les plus aptes à agir dans le meilleur intérêt de leurs enfants et parce que l’état n’est pas vraiment en mesure de prendre lui-même ces décisions. De plus, comme parents, ces derniers ont un intérêt personnel très profond dans le développement de leurs enfants.»

 « …nous devons accepter le fait que les parents peuvent parfois prendre des décisions contraires aux désirs de leurs enfants – et à leurs droits – à condition que cela n’outrepasse pas les limites dictées par les politiques publiques, dans un sens large. Par exemple, il serait difficile de nier qu’un parent peut dicter à son enfant l’endroit où vivre ou encore l’école à fréquenter.¯ »

Par ailleurs, il est important d’obtenir une copie de la loi de votre province régissant l’enseignement à la maison. Cela vous évitera bien des problèmes et des ennuis, puisque vous serez bien informés et que vous saurez user de tact et de respect dans vos rapports avec les autorités scolaires.

Si vous désirez payer à l’avance pour recevoir de l’aide juridique et une défense au besoin, n’hésitez pas à communiquer avec la Home School Legal Defence Association du Canada (HSLDA). Pour devenir membre, il suffit d’en faire la demande de préférence avant qu’une autorité en matière de lois sur la fréquentation scolaire ne communique avec vous. La HSLDA vous offre gratuitement un résumé de la loi de votre province régissant l’enseignement à la maison.

La HSLDA du Canada a pour objectif de donner à chaque parent qui désire enseigner à la maison la confiance nécessaire pour pouvoir commencer et poursuivre
l’enseignement à domicile avec le maximum de liberté et le minimum d’interférence gouvernementale.

Combien de temps faut-il y mettre ?

Bien entendu, enseigner à la maison demande du temps, mais pas autant qu’on ne le pense. Puisque l’enseignement individuel est plus efficace que l’enseignement en classe, il exige moins de temps.

Il va sans dire que le temps nécessaire varie selon les méthodes employées, l’âge des enfants et le nombre d’enfants dans la famille.

Chaque jour, le temps d’enseignement proprement dit peut demander une demi-heure à une heure pour les plus jeunes jusqu’à quelques heures, plus le temps de travail individuel, dans le cas des niveaux plus élevés.

La plupart de ceux qui produisent des cours par correspondance affirment qu’il faut y mettre quatre à cinq heures de travail par jour.

En 1893 : le taux d’alphabétisation en Ontario atteignait «90.5 pour cent de la population générale et 94.22 pour cent de ceux qui étaient âgés entre 10 et 20 ans.» Interchange

En 1990 : les habiletés de lecture de seize pour cent (2,9 millions) des adultes au Canada sont trop limitées pour leur permettre de lire la majorité du matériel écrit qu’ils ont sous la main tous les jours. Un autre vingt-deux pour cent (4 millions) de Canadiens adultes peuvent faire des lectures simples à condition que les documents soient clairs et que le contexte leur soit familier. Toutefois, ce même groupe n’est pas en mesure de lire des choses plus complexes.

Statistique Canada, Recherche sur l’alphabétisation

Comment enseigner à plusieurs enfants à la fois ?

Puisque les matières telles que les sciences, l’histoire, l’enseignement biblique et la littérature n’exigent pas nécessairement de connaissances ou d’habiletés préalables, on peut les enseigner à plusieurs niveaux à la fois.

Il suffit de présenter les leçons plus en détails, en donnant des explications qui permettront aux enfants de n’importe quel niveau de bien comprendre. Les élèves plus âgés peuvent faire la plupart de leur travail individuellement en plus de participer à l’enseignement des plus jeunes.

Et la socialisation?

C’est sans doute ce qu’on comprend le moins bien par rapport à l’enseignement à la maison. En effet, ce sont justement les aspects positifs de la socialisation en famille qui en motivent plus d’une à choisir ce style de vie. En général, on croit que pour pouvoir acquérir des habiletés sociales, les enfants ont besoin de périodes d’interaction avec un groupe de jeunes de leur âge. Par contre, beaucoup croient que le contact élargi avec des pairs au cours de l’enfance peut entraîner une dépendance négative et indésirable vis-à-vis de ces pairs. Au lieu de se distinguer et de devenir un exemple pour les autres, les jeunes enfants se laissent plus facilement influencer par la majorité. Par conséquent, les enfants qui fréquentent une école ont tendance à accepter les valeurs de leurs pairs et de leurs enseignants plutôt que celles de leurs parents. Selon M. Bronfenbrenner de l’Université Cornell, les enfants qui passent plus de temps avec leurs pairs qu’avec leurs parents deviennent généralement dépendants de ces pairs et négligent vite l’influence parentale. S’éloigner de la pression des pairs offre plusieurs avantages: la confiance en soi, la pensée autonome, la capacité d’être en relation avec des personnes de tous les groupes d’âge et enfin, de meilleures relations familiales.

À la maison, les parents peuvent enseigner, mettre en évidence et renforcer les principes moraux qui constituent la base des relations avec les autres. Les enfants développent les habiletés sociales nécessaires grâce à l’interaction avec leurs frères et leurs soeurs ou avec d’autres enfants et adultes qui sont sous la supervision de leurs parents. Les jeunes enfants qui ont grandi dans ce genre d’environnement se sont très bien adaptés à la vie adulte. Vous pouvez aider vos enfants à établir et à entretenir des amitiés durables avec des personnes de tous les âges par l’intermédiaire des amis de la famille et de l’église. Selon M. Brian Ray, de nombreuses études ont démontré que les enfants qui bénéficient de l’enseignement à domicile sont aussi bien adaptés sur le plan social et émotif que les élèves qui fréquentent l’école, sinon mieux. Dans un article du magazine Chatelaine de mars 1994, Andrew Nikiforuk écrivait qu’en raison de l’accent que les parents enseignant à la maison mettent sur le développement de la personne, la croyance selon laquelle ces enfants sont élevés dans une cloche de verre, donc incapables de faire face au monde réel, ne tient pas. D’après l’auteur Ray E. Ballmann, ces mêmes enfants ont en moyenne des résultats supérieurs à ceux des élèves des écoles ordinaires dans des tests visant à mesurer l’image de soi et la sociabilité. C’est avant tout par l’observation et l’imitation qu’un jeune enfant apprend à bien socialiser. Voulez-vous que votre enfant se modèle sur vous ou sur ses pairs, sur ses enseignants à l’école ou sur ses enseignants à la maison? Que désirez-vous pour votre enfant: une socialisation positive ou négative?

Comment développer les intérêts particuliers de mon enfant ?

Une myriade d’activités à l’extérieur de la maison peuvent compléter et enrichir l’enseignement à domicile. En effet, les familles comme les groupes n’ont que l’embarras du choix quant aux sorties éducatives. Ces dernières favorisent un apprentissage sur le terrain pratique et fort valable.

On peut participer à des classes spécialisées dans les parcs, les musées, les écoles d’art ou encore suivre des cours privés. L’église et la communauté offrent également la possibilité de pratiquer différents sports.

En réalité, les enfants qui bénéficient de l’enseignement à la maison ont plus de temps et de possibilités pour les activités d’enrichissement que ceux qui fréquentent l’école.

Que dire des études supérieures et de la préparation à la carrière?

De nombreux établissements d’enseignement en Amérique du Nord ont accueilli des élèves qui avaient reçu un enseignement à la maison. Comme l’affirme Inge Cannon, directeur général de Education Plus: « Un grand nombre de ces établissements recherchent particulièrement cette clientèle en raison de sa maturité, de sa capacité de réflexion personnelle, de sa créativité et de sa solide formation scolaire. »

En guise de préparation pour l’université ou le cégep ou pour tout autre programme de formation professionnelle, les parents se doivent de faire un relevé détaillé du travail accompli par leur enfant au niveau secondaire, de remettre un diplôme et de préciser la date de fin d’études secondaires. Il arrive que des établissements ou des employeurs exigent que l’enfant subisse d’autres examens à titre de vérification supplémentaire. Certaines associations provinciales pour l’enseignement à la maison tiennent des cérémonies officielles de remise des diplômes à l’intention des finissants du secondaire.

Un certain nombre d’entre eux entreprennent des programmes de formation d’apprenti dans le domaine de leur choix, programmes conçus et supervisés par des parents ainsi que par des professionnels.

De quel matériel dispose-t-on?

Ceux qui enseignent à la maison peuvent se procurer de bons ouvrages conçus pour des écoles chrétiennes ou privées. En raison de la forte augmentation du nombre de parents enseignant à la maison, le marché offre du nouveau matériel préparé ou spécialement adapté à cette fin.

Voici quelques façons simples de se procurer ce dernier:

  • Vous pouvez commander des manuels et du matériel pédagogique directement des éditeurs ou encore par l’entremise de maisons de vente par correspondance. On trouve dans les magazines spécialisés des annonces de nombreux fournisseurs de matériel pédagogique de qualité.
  • Le parent enseignant à la maison qui relève d’une école chrétienne ou d’une église locale peut aussi recevoir de ces derniers du matériel pédagogique, des examens ainsi que des conseils. Certains cours par correspondance offrent aussi tout cela.

Ceux qui enseignent à la maison peuvent choisir ou combiner les éléments de n’importe laquelle des façons de faire suivantes:

  • Manuels scolaires. Les éditeurs ont une gamme de manuels de très bonne qualité. Ces derniers traitent de chaque matière en profondeur en la divisant par thèmes selon un ordre logique.
  • Cahiers d’exercices. Certains éditeurs offrent sur le marché des cahiers d’exercices conçus à partir du contenu de leurs manuels scolaires.
  • Méthode traditionnelle. Les enfants développent d’abord leurs capacités d’apprentissage et de mémorisation pour ensuite raffiner leur raisonnement et finalement maîtriser la langue de façon à pouvoir exprimer leurs connaissances et leurs croyances. Cette méthode est vite devenue la plus utilisée par ceux qui enseignent à la maison.
  • Livres et expériences de vie. Bien qu’on enseigne aux enfants comment lire, écrire et compter, ils apprennent beaucoup en lisant de bonnes oeuvres littéraires et des histoires vraies. Les activités quotidiennes habituelles apportent aussi un complément à l’apprentissage par les livres tout en lui donnant une perspective plus éclairée.

Les enfants (au dix-neuvième siècle) apprenaient des connaissances pratiques de leurs parents, des aînés de la famille et de la parenté. Dans ce contexte, les groupes d’âge s’entremêlaient tant dans le jeu que dans le travail… la plupart des enfants apprenaient à la maison, dans le cadre de la vie familiale.

La famille : L’évolution des tendances au Canada

Quelles méthodes faut-il utiliser?

Pour enseigner à la maison, il n’existe pas « une » bonne méthode. Il n’y a pas une seule bonne méthode ou un seul bon programme.

Tout comme l’artiste dispose de toute une palette de couleurs pour créer ses nuances, ainsi l’enseignant à la maison dispose d’une vaste gamme de méthodes efficaces desquelles il peut s’inspirer.

Vous pouvez choisir en fonction de:

  • l’âge des enfants;
  • la matière enseignée;
  • le nombre d’enfants;
  • les styles d’apprentissage qui correspondent le mieux aux enfants;
  • le temps dont vous disposez pour faire la préparation et enseigner;
  • les capacités ou les besoins particuliers de chaque enfant;
  • le degré de motivation que certaines méthodes suscitent chez les enfants.

Les méthodes varient à l’infini. Si vous en choisissez plusieurs que vous mélangez ensuite, votre enseignement se transformera en oeuvre d’art unique.

Que faire des enfants ayant des besoins particuliers?

Beaucoup d’enfants qui ont des besoins particuliers réussissent bien l’école à la maison. Devenir membres de la HSLDA du Canada permet aux parents d’avoir accès à des recherches et à de l’information qui peuvent aider et encourager les parents qui enseignent à des enfants présentant des besoins précis.

Y a-t-il certaines difficultés?

Voici les difficultés les plus courantes ainsi que des suggestions de solutions:

Manque de confiance: Au début, il se peut que vous ayez des doutes sur les méthodes et le matériel que vous aurez choisis de même que sur votre capacité à enseigner. Votre confiance augmentera avec l’expérience. Trouvez-vous un groupe de soutien de façon à pouvoir échanger avec des familles qui ont l’expérience dans l’enseignement à domicile.

Peur de ne pouvoir travailler avec ses propres enfants: Les parents qui n’ont pas le respect de leurs enfants éprouveront de la difficulté à obtenir leur coopération. Acquérir leur respect grâce à une discipline et à une formation adéquates ainsi qu’au bon exemple devrait constituer la première priorité des parents, qu’ils enseignent ou non à la maison. Bien souvent, les problèmes de discipline proviennent des mauvaises attitudes auxquelles les enfants s’exposent au contact des autres. L’enseignement à la maison permet d’offrir un environnement des plus motivants et des plus sains qui aide à surmonter cela.

Manque de temps et d’énergie : Enseigner à la maison exige un investissement de temps et d’énergie, surtout de la part de la mère. Grâce à une discipline personnelle et à une bonne organisation, elle réussira à bien tenir la maison. Un horaire quotidien fixe, des plans de leçons et une liste des tâches à partager maintiendront l’équilibre entre l’école et la maison. Parce qu’ils auront appris à participer aux choses pratiques de la vie comme la cuisine, la lessive et le ménage, les enfants allégeront votre fardeau.

Manque d’engagement: Les familles qui choisissent l’enseignement à la maison simplement pour son aspect pratique ou parce que c’est devenu populaire risquent d’abandonner vite à moins d’acquérir la conviction que c’est le meilleur choix pour la famille.

Pression sociale: La pression d’amis ou de membres de la famille bien intentionnés peut avoir un véritable effet de dissuasion. Prenez une décision bien éclairée puis agissez selon vos convictions. Une information plus éclairée et une bonne attitude de votre part aident souvent les autres à comprendre et à accepter votre choix d’enseigner à la maison.

Investissement financier: Les coûts du matériel ou des programmes varient considérablement, mais ils sont toujours moins élevés que ceux d’une école privée. De plus, il est possible de réutiliser du matériel pour les frères et soeurs.

Quel est l’avenir de l’enseignement à la maison?

Selon l’un des pionniers de l’enseignement à la maison en Amérique du Nord, M. Mike Farris, on assistera de plus en plus à un retour à une éducation classique en ce qui a trait au contenu de programme. Des cours avancés en littérature classique sont maintenant offerts dans Internet. Selon M. Farris, des programmes faciles d’utilisation arriveront également sur le marché. La première question que l’on se posera au moment de la conception de tout programme d’enseignement à la maison deviendra:Est-ce facile d’utilisation pour maman? Toujours selon M. Farris, l’apprentissage en milieu réel remplacera de plus en plus la formation universitaire et l’enseignement à la maison recevra davantage d’appui politique grâce à un engagement accru de ses principaux intéressés.

Par quoi faut-il commencer?

Voici quelques suggestions pour vous assurer un bon départ:

  1. Prenez une décision de couple.
  2. Renseignez-vous sur l’enseignement à la maison en lisant au moins un livre de base sur le sujet. Rencontrez des gens plus expérimentés faisant partie de votre église ou d’un groupe de soutien local et faites l’effort d’assister à la conférence annuelle sur l’enseignement à la maison de votre province.
  3. Entrez en contact avec l’organisation pour l’enseignement à la maison de votre province afin de connaître les groupes de soutien locaux, les événements spéciaux et les publications de même que les lois de votre province régissant l’enseignement à la maison. La HSLDA possède des résumés de cas où la justice provinciale est intervenue ainsi que l’adresse de groupes de soutien oeuvrant dans votre province.
  4. Faites en sorte de vous conformer à la loi tout en respectant vos convictions religieuses et les recommandations d’organisations provinciales ou de la HSLDA. Envisagez la possibilité de vous joindre à la HSLDA pour faire preuve de solidarité envers tous les Canadiens qui enseignent à domicile.
  5. Mettez de l’ordre dans votre vie familiale et dans votre emploi du temps en y établissant une discipline. De plus, pensez à vous débarrasser de biens inutiles ou peu utilisés pour faire place au matériel pédagogique et pour permettre l’aménagement d’un coin de travail.
  6. Choisissez des méthodes et du matériel pédagogiques avec lesquels vous êtes le plus à l’aise de commencer et qui conviendront à l’âge de vos enfants ainsi qu’à leur nombre. Si, la première année, vous vous sentez dépassé par les choix à faire, peut-être préférerez-vous suivre un programme déjà préparé à partir d’un manuel ou autre. Il pourrait être plus facile de commencer avec une seule matière ou seulement quelques-unes puis d’en ajouter au fur et à mesure suivant votre rythme.
  7. Faites une réévaluation et essayez différent matériel et diverses méthodes pour ensuite adapter votre enseignement en fonction de l’expérience acquise. Bien entendu, ce processus pédagogique ne vous empêchera pas de donner la priorité ultime au développement spirituel et personnel de vos enfants. L’enseignement à la maison est un mode de vie où le foyer constitue le centre de la vie et de l’apprentissage. Grâce à cela, les parents peuvent prendre leur responsabilité face à l’éducation de leurs enfants en leur inculquant d’une manière unique de hautes valeurs morales et spirituelles.

«Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.»

Déclaration universelle des droits de l’homme